13 minutes de lecture⌛

Le 24 mai 2022, une délégation internationale de bitcoiners s’est envolée pour Bangui, capitale de la République Centrafricaine. StackinSat et Surfin’Bitcoin sont fiers d’avoir participé à cette rencontre de trois jours avec le gouvernement de la République Centrafricaine. Retour sur un voyage historique !

La RCA adopte Bitcoin comme monnaie légale

Deuxième pays au monde et premier pays du continent africain à adopter bitcoin comme monnaie légale, la République centrafricaine souhaite à travers le projet Sango se doter de moyens à la hauteur de ses ambitions : faire du pays, un crypto hub.

Sango-tweet

Pourtant, le pays part de loin. Deuxième pays le plus pauvre du monde d’après l’ONU, la RCA est confrontée à une instabilité permanente causée par plusieurs guerres civiles depuis deux décennies. Malgré de nombreuses ressources naturelles (or, pétrole, diamants, uranium), le pays demeure l'un des pays les plus pauvres au monde. 71 % de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon les chiffres de la Banque Mondiale. Moins de 11% de la population ont accès à internet et moins de 15% à l'électricité.

Pourquoi avons-nous décidé de nous rendre à Bangui ?

L’annonce de l’adoption du bitcoin comme monnaie légale en RCA a rapidement soulevé de nombreuses questions au sein de la communauté des bitcoiners. La RCA a-t-elle réellement l’infrastructure et l’expertise nécessaire pour mener à bien ce projet ? C’est dans ce contexte que notre communauté de bitcoiners s’est rapidement mobilisée pour prêter main-forte au gouvernement de RCA en l’accompagnant dans ce pari technologique et économique que représente l’adoption de Bitcoin comme monnaie légale. Comme l’a expliqué Sébastien Gouspillou, CEO de BBGS, entreprise de minage de bitcoins basée sur les énergies renouvelables, sur le plateau de BFM Business la veille du départ.

“On y va pour écouter et pour tenter d’amener quelques solutions au pays pour les aider, afin que ce ne soit pas un échec patent mais une réussite pour les populations”

Notre délégation de Bitcoiners était composée de notre chef de projet chez StackinSat et Surfin’Bitcoin Jean-Christophe Busnel, Sébastien Gouspillou (BBGS), Richard Détente (Grand Angle), Nicolas Burtey (Galoy), Noor Elhuda El Bawab (Galoy), David Oren (Solarly) et Jean-Marie Cambacérès (ancien député et ancien président du Conseil économique, social et environnemental français - CESE).

fine-e-quipe-avion-1 En bas à gauche, Nicolas Burtey (Galoy) en bas à droite Jean Christophe Busnel (StackinSat/SurfinBitcoin) en haut à gauche Sébastien Gouspillou (BBGS) et en haut à droite Richard Détente, (Grand Angle)

Récap Jour #1

Le 25 mai au matin, après 10 h de vol, nous arrivons à l’aéroport International de Bangui. Nous sommes escortés jusqu’à l'hôtel Ledger Plaza Bangui (non, ça ne s’invente pas), notre délégation est accueillie par Alfred Taïga-Poloko, le président du CES et Daniel Kokouendo, Ministre et Conseiller en matière de l’Économie Numérique. On nous annonce rapidement que nous serons reçus à 16 h par le Président de la République, Faustin-Archange Touadéra au Palais présidentiel.

Dès notre arrivée à Bangui, nous sommes confrontés au problème du manque de liquidité en franc CFA dans le pays. En souhaitant déjeuner dans un restaurant, impossible de nous rendre la monnaie. Le restaurant nous fait alors un avoir à dépenser sous 2 jours.

Lorsque nous arrivons dans le palais présidentiel à 16 h, nous en profitons pour sensibiliser le Ministre Monsieur Kokouendo au réseau Lightning, surcouche du réseau Bitcoin. Après avoir téléchargé son wallet Lightning et reçu ses premiers satoshis, le ministre est impressionné par la simplicité et la rapidité de cette solution de layer 2 révolutionnant les micropaiements Bitcoin.

Re-sume--voyage-en-RCA-Daniel-Kokouendo-utilise-Lightning-NetworkDaniel Kokouendo Ministre et Conseiller en matière de l’Économie Numérique en pleine transaction Lightning

Daniel-Kokouendo-Ministre-et-Conseiller-en-matie-re-de-l-E-conomie-Nume-rique-avec-de-le-gation-bitcoinersLe Ministre Dabiel Kokouendo accompagné de la délégation de bitcoiners. En haut à droite Jean-Christophe Busnel représentant de StackinSat et Surfin’Bitcoin

Quelques minutes plus tard, nous sommes invités à rejoindre le président de la République.  Il tient à envoyer un message aux bitcoiners du monde entier :

“Merci de votre implication à nos côtés.  Bitcoiners du monde entier, vous êtes les bienvenus, vous êtes attendus, même”

Pre-sident-Fouade-ra-avec-la-delegation-de-bitcoinersLe président de RCA Faustin-Archange Touadéra, président du CES Alfred Taïga-Poloko, le Ministre Daniel Kokouendo accompagnés de la délégation internationale de bitcoiners.

bannie-re-SB22-1Surfin'Bitcoin 22

Au cours de notre entretien avec le Président Touadéra, le président du CES Alfred Poloko et le ministre Daniel Kokouendo, nous saisissons l’espoir que les Centrafricains portent derrière l’adoption de Bitcoin comme monnaie légale. Nous apprenons que le débat parlementaire autour du projet de loi a été long (deux mois) mais que la loi a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale, ce qui est rare dans ce pays divisé. Bien que la loi légalise l'usage des cryptomonnaies dans leur ensemble, nous insistons pour leur expliquer l’avantage de l’utilisation de Bitcoin sur les autres crypto-actifs.

Nous communiquons également notre souhait d’éviter une nouvelle fracture sociale entre les personnes ayant accès à internet et le reste de la population, afin qu’il y ait une meilleure inclusion financière. Nous cherchons des solutions à cette problématique.

Récap Jour #2

Nous commençons cette seconde journée à Bangui par une réunion avec le ministère des Télécommunications. Bonne nouvelle, nous apprenons que Serge Etiennovitch BODA, Directeur des Ressources en Fréquences, de la Normalisation, du Haut et Très Haut Débit a réalisé ses gammes de bitcoiners sur les ouvrages Mastering Bitcoin et Mastering Lightning de Andreas M Antonopoulos. C’est un vrai plaisir de discuter avec lui. Nous continuons notre travail de sensibilisation du réseau Lightning cette fois-ci auprès des conseillers du cabinet ministériel.

Après avoir téléchargé un wallet Lightning et réalisé leur première transaction, le ministère dans son ensemble est impressionné et convaincu par l’efficacité de cette solution. Nombre d’entre eux, ont découvert Bitcoin lors de l’annonce de l’adoption du Bitcoin comme monnaie légale au Salvador. Tous ont été impressionnés par les chiffres encourageants du premier bilan suite à son adoption dans ce pays.

Re-union-du-ministe-re-des--Te-le-communications-de-RCA-avec-la-de-le-gation-de-Bitcoiners--1Réunion avec le ministère des Télécommunications

Au cours de cette réunion, nous prenons rapidement conscience de l’immense tâche qui attend la Républicaine Centrafricaine dans la mise en place d’une infrastructure internet et télécom. On y apprend que les taux de pénétration Internet et Télécom sont très bas, que la RCA n’est pas raccordée à la fibre et que par conséquent la qualité du réseau internet est mauvaise et que son coût est très élevé. Néanmoins, le ministre nous informe que le pays s’apprête à lancer des travaux de construction du réseau d’interconnexion en fibre optique entre la République du Congo et la République Centrafricaine. Bien que l’internet et l’électricité soient peu répandus en RCA, nous réalisons que le crédit-mobile, (très utilisé) dans le pays pourrait être une solution envisageable pour envoyer et recevoir Bitcoin sans couverture internet.

L’après-midi, une séance d’initiation à Bitcoin et au Lightning Network est organisée avec une trentaine de membres de la société civile (commerçants, chefs d’entreprises, etc) notamment des femmes, pour leur installer des wallets sur leurs portables et les initier à leur manipulation et à l’envoi de satoshis. Cette rencontre est un succès. Nous avons passé un moment chaleureux avec des participantes curieuses et enchantées de découvrir cet outil révolutionnant les échanges commerciaux.

Atelier-Lightning-Network-avec-les-nouvelles-bitcoineuses-de-BanguiAtelier Lightning Network avec les nouvelles bitcoineuses de Bangui

Récap Jour #3

Point d’orgue de notre voyage à Bangui, le troisième jour s’ouvre avec une conférence / débat dans les locaux de la convention de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Sont présents toute l’élite du pays : membres du CES, ministres, membres du Cabinet du Président de la République, chefs d’entreprises, représentants du FMI, etc.

Le CEMAC est une organisation d’Afrique Centrale composée de la République centrafricaine (son siège est à Bangui), du Gabon, Cameroun, Tchad, la République du Congo ainsi que la Guinée équatoriale. Le CEMAC a pour objectif de créer un marché commun (libre circulation des personnes, des produits, des capitaux et des services).

Nous comprenons que cette conférence est en direct à la radio, diffusée sur les réseaux sociaux et est attendue dans une grande partie de l’Afrique. Bitcoin intrigue et notre venue également. On note la présence de conseillers de l’ambassade de France et de l’Union Européenne, ainsi que nombreux médias dont l’AFP.

Le-pre-sident-Faustin-Touadera--avec-la-de-le-gation-des-Bitcoiners-a--la-CEMACLe président Faustin Touadera avec la délégation des Bitcoiners lors de l'ouverture de conférence de la CEMAC

Devant une audience d’environ 300 personnes, Nicolas Burtey, PDG de Galoy fait une présentation mettant en exergue le caractère unique de Bitcoin en expliquant comment il se distingue du reste des crypto-actifs. Pour argumenter son propos, il souligne les avantages qu’ont apportés l'adoption de Bitcoin au Salvador au cours des quelques mois qui ont suivi la loi Bitcoin : augmentation de l’inclusion financière de la population, augmentation du PIB de 10%, nouvelles sources de revenus économiques via le mining et les bitcoins bonds, augmentation de 30% du tourisme etc. L’intégralité de la conférence est disponible ici.

Tweet-JC-Busnel-CEMAC

Une présentation qui n’est pas passée inaperçue chez le FMI. L’organisation, habituée à émettre des réserves face à l’adoption du Bitcoin dans les pays, était présente dans la salle.

Repre-sentant-du-FMI-s-adressant-a--la-de-le-gation-des-bitcoiners-Représentant du FMI s’adressant à la délégation des bitcoiners

Conclusion du voyage en Centrafrique

C’est rempli d’un sentiment d’immense fierté que nous concluons ce voyage de trois jours en République centrafricaine. Avant notre départ, nous n’oublions pas d’accoler le sticker “Lightning accepted here” à l’entrée de l’hotel Ledger Plaza Bangui, marque d’acceptation du Bitcoin par l’établissement et symbole de notre travail de sensibilisation au Bitcoin en République Centrafricaine.

Notre impression après ce séjour en RCA : l'initiative du Président Touadéra est ambitieuse car tout reste à construire. Néanmoins, ce n’est pas un pari fou, nous sommes vraiment optimistes et convaincus d’un fort taux de pénétration du bitcoin à travers la société. Le Bitcoin répond à de nombreux besoins de la population et de la société, le terrain de la RCA  semble donc fertile au développement du Bitcoin :

  • l’inclusion financière y est faible,
  • avec la démocratisation du crédit-mobile, la population utilise déjà le téléphone portable comme moyen de paiement,
  • Bitcoin pourrait jouer un rôle majeur dans la lutte contre la corruption,
  • nous avons senti une très forte implication de la classe politique dans ce projet qui fait naître un nouvel espoir.
    Pour le peu de personnes qui connaissent ce pays, la RCA était synonyme d’un pays fracturé par les guerres civiles. Désormais, la Centrafrique souhaite construire un futur rempli d’espoir, à partir d’une monnaie sans intermédiaire dont son protocole décentralisé ne fait guère de distinction entre le sexe, la nationalité, la couleur de peau ou la religion.

    Fix the money, fix the world.  

Bitcoin-Lightning-accepted-here